Le psychodrame, outil thérapeutique

Déroulé d’un psychodrame

Le psychodrame invite à jouer des situations de sa vie présente ou passée, réelle ou imaginaire. Mettre en scène ces scénarios relationnels permet de prendre plus clairement conscience de ce qui nous affecte et des enjeux de ces situations.

En instaurant un espace de jeu, le psychodrame permet l’accès à la représentation des conflits psychiques internes. La mise en scène comme outil thérapeutique permet de se séparer de rôles pathogènes jusqu’alors inconsciemment endossés.

Se séparer de rôles pathogènes jusqu’alors inconsciemment endossés
Se séparer de rôles pathogènes jusqu’alors inconsciemment endossés

Le corps, voie d’accès à la prise de conscience

Le langage non verbal, porté par le corps, est porteur de notre histoire muette. L’individu se construit à partir de ses éprouvés corporels dans la relation intime à l’autre. Les mises en situations corporelles réveillent ces fragments sensoriels, émotionnels et relationnels oubliés. Permettant d’exprimer ce qui s’est imprimé en nous à notre insu. Le psychodrame favorise la liaison entre affects et représentations et l’intégration entre le psychique et le somatique.

Une psychothérapie en groupe

L’espace thérapeutique du groupe fonctionne comme un miroir aux multiples facettes, révélant les projections de ses propres images refoulées. Il permet de mieux voir sa manière personnelle de se situer et d’agir, et d’interroger ses identifications constitutives. Le cheminement personnel est enrichi par la reconnaissance de ses réactions et fragilités au contact de l’autre, et aussi de ses capacités évolutives. La démarche se fait dans le respect de l’évolution singulière de chacun et de son rythme propre.

Le travail en groupe suppose un engagement à respecter le cadre de fonctionnement défini collectivement.

La psychogénéalogie au travail

Le psychodrame est un des moyens d’accès à l’écoute de la dimension transgénérationnelle d’un symptôme. La mise en scène d’une constellation familiale peut permettre de repérer le poids toujours présent d’événements difficiles qui n’ont pu être acceptés par les générations passées. Violences dans les relations, difficultés sociales, maladies, décès, etc. peuvent avoir laissé des souffrances en errance qui se transmettent de génération en génération tant qu’elles ne sont pas reconnues et digérées.